Le 10 Mars : « La contestation repart très fortement ».

(Source : AEF, reproduit avec l’autorisation d’AEF)

IUT : « la contestation repart très fortement », estime Jean-François Mazoin (Adiut)

« La contestation repart très fortement. Bon nombre d’IUT sont mobilisés, notamment dans le grand ouest, d’où vient le mouvement », indique Jean-François Mazoin, président de l’Adiut à l’AEF, mardi 10 mars 2009. « Je ne peux en aucun cas rassurer les IUT sur les garanties apportées fin 2008 », déplore le président de l’Adiut. « Le constat aujourd’hui est que la charte établie à l’époque ne s’impose pas aux universités : ce n’est pas acceptable. Il faut notamment qu’elle soit transformée en texte réglementaire », explique-t-il.
L’association devrait rencontrer Valérie Pécresse avec l’Unpiut, jeudi 12 mars.

Suite à des mouvements de protestation dans les IUT fin 2008, un comité de suivi des relations universités-IUT composé de la DGES, la CPU, l’Adiut et l’Unpiut a été installé. Dans un courrier adressé aux présidents d’université, Patrick Hetzel, le DGES, précisait les cinq principes fondateurs d’une « charte de bonne conduite » des relations entre universités et IUT .

ENTORSES À LA CHARTE

L’assemblée générale de l’Aduit, réunie le 5 mars 2009, estime que « cette charte ne garantit pas aujourd’hui le maintien de la liberté et de la responsabilité des IUT car elle ne s’impose pas aux universités ». Elle remarque notamment que « les entorses à la charte dans le quotidien sont de plus en plus nombreuses ».

En outre, la « charte de bonne conduite » prévoit également la mise en place d’un contrat d’objectifs et de moyens entre chaque université et son ou ses IUT. Il doit être formalisé au premier semestre de l’année 2009 et être adressé à la DGES au plus tard le 30 juin 2009 . Sur cette question, « nous avons travaillé avec le bureau de la CPU, et sommes arrivés à un accord validé par le comité de suivi. Cependant, son examen par la CPU a été reporté au mois d’avril. Il devait avoir lieu lors de l’assemblée plénière du 5 mars 2009 », explique Jean-François Mazoin. « Il semblerait que les présidents d’université soient très divisés sur le sujet », observe-t-il.

PROCHAINE RÉUNION DU COMITÉ DE SUIVI EN AVRIL

La dernière réunion du comité de suivi a eu lieu le 4 mars, indique Jean-François Mazoin. « Il faut que nous sortions d’une discussion qui ne porte pas ses fruits », commente-t-il. « Une nouvelle réunion du comité de suivi est fixée début avril, mais nous ne sommes plus du tout dans ce calendrier aujourd’hui, il faut régler les choses de façon plus claire et plus radicale », estime-t-il.

Par ailleurs, dans une motion votée à l’unanimité, l’AG de l’Adiut estime que « le nouveau système d’allocation des moyens (Sympa) ne permet pas aux IUT d’être un système viable. » « Si une solution temporaire a été trouvée pour 2009, il n’y a pas aujourd’hui de solution pérenne pour 2010 et au-delà, tant il semble impossible aux universités de soutenir leurs IUT dans ce cadre budgétaire », s’inquiète l’assemblée.

Publicités

Une réponse à “Le 10 Mars : « La contestation repart très fortement ».

  1. Bonsoir,
    les IUT entre en force dans la bataille. Bravo !
    Pourtant il apparaît qu’ils se trompent de combat…

    L’autonomie financière d’un IUT rattaché à une Université va contre a loi LRU car c’est le président qui décide de la répartition des moyens et non les composantes. C’est donc normal que vous ayez des soucis à discuter avec la CPU, qui dans son ensemble défend la LRU (j’en reste là, mon pseudo vous dit clairement ce que je pense de cette loi).

    Le vrai combat que vous avez à jouer porte, sincèrement, sur une augmentation massive (x3) de vos effectifs étudiants et donc de vos moyens d’encadrement.

    Si vous pensez, comme moi, qu’il faut développer les filières professionnalisantes courtes, que c’est important pour les entreprises d’avoir des techniciens et des assistants ingénieurs bien formés, alors dites le.

    Si vous pensez, comme moi, que cela drainera des étudiants depuis les licences vers les IUT, alors il y aura moins d’échec en université, dites le.

    Enfin, sachez, à titre personnel, que je suis près à m’engager auprès de vous afin de définir la possibilité de passerelles FORTEMENT CONSEILLEES entre les étudiants des L et des IUT et l’inverse.

    Pour me contacter:
    yann.girard@univ-paris-diderot.fr
    (mdc de P7)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s