Archives de Catégorie: Rétention des notes

Bayonne remettra ses notes … à la présidence !

CR de l’AG du personnel de l’IUT de BAYONNE du 28 mai 2009

L’AG avait pour but essentiel de prendre une décision sur une éventuelle rétention des notes.

Un vote préliminaire a porté sur la première proposition faite dans le mail de convocation qui était la suivante :

– « Ne rien faire. Les notes sont rendues normalement, les conseils de département et le jury ont lieu normalement » Résultat : Proposition rejetée à l’unanimité.

Une discussion s’est alors engagée sur les différentes propositions faites dans le mail de convocation ainsi que sur d’éventuelles autres actions.

Décisions prises :

1) Rédaction d’une lettre-tract à l’intention des futurs étudiants de première année ainsi que de leurs parents. Cette lettre sera mise à leur disposition lorsqu’ils viendront s’inscrire courant juillet.

2) Remise des copies corrigées à la Présidence : Les copies corrigées et notées seront remises à la Présidence de l’Université en présence des médias.

Nous indiquerons que dans le cadre de la LRU et des nouveaux décrets, l’autonomie de l’IUT assurée par l’ancien fléchage des budgets et du personnel va disparaître. La seule personne ayant dorénavant plein pouvoir sur l’avenir de l’IUT étant le Président d’Université, à titre symbolique nous nous soumettons à cette nouvelle autorité et lui remettons donc les copies, en lui laissant le soin d’organiser la saisie des notes, les convocations des commissions de département ainsi que celle du jury.

Une délégation du personnel ira à Pau remettre ces copies.

Il a semblé au personnel réuni en AG que cette action ne nuisait en rien aux intérêts des étudiants. Au pire cela retardera de quelques jours le jury (à moins que la Présidence ne fasse rien pour organiser la suite
administrative).

Blog de la mobilisation http://iutbayonne.over-blog.com

Le COnseil d’Institut de La Roche sur Yon demande un décret et soutient le grève administrative des personnels

Position du Conseil d’institut – IUT La Roche-sur-Yon

Le Conseil d’institut de l’IUT de La Roche-sur-Yon

Appuie la demande de la coordination des personnels d’un décret établissant les relations Universités-IUT, et non pas d’une circulaire qui pourrait être inopérante dans le contexte de la loi LRU et ne conférerait pas de cadre national au fonctionnement des IUT, ainsi que la demande de réponses claires sur le financement des formations (licences professionnelles) ouvertes en 2008 et 2009 et sur celles à ouvrir.

Prend acte du maintien des budgets à périmètre constant pour 2009 puis pour 2010, mais ne peut en être satisfait à long terme. Il demande un modèle national d’allocation de moyens basé sur les besoins, garantissant aux IUT, des moyens humains et financiers en formations technologiques :
o    besoins déterminés par des programmes nationaux établis par des CPN faisant autorité,
o    besoins que l’actuel système SYMPA ne permet et ne permettra pas de garantir.

Soutient l’action de non-remontée des notes et de non-tenue des jurys de validation du S1 du 4 février 2009, décidée en Assemblée générale représentative des personnels.

IUT Nancy-Charlemagne mobilisé : démissions programmées au 15 Juin si le retrait des 2 décrets n’est pas obtenu.

Motions Département info-com IUT Nancy-Charlemagne

Le gouvernement continue de faire la sourde oreille aux revendications  portées très largement par la communauté universitaire, sur les  statuts, la formation des enseignants, les suppressions de postes, le démantèlement des organismes de recherche, la loi LRU. Nous,  enseignants et/ou chercheurs du département info-com de l’IUT Nancy- Charlemagne, réunis en Conseil de Département le 21 avril 2009, décidons de poursuivre notre mouvement de contestation par les actions  suivantes : rétention des notes du premier et du second semestres, non  participation aux jurys de diplômes, non participation aux jurys de  Bac. Si le décret sur le statut des enseignants-chercheurs et la  réforme de la formation et du recrutement des enseignants n’étaient  pas retirés ou annulés le 15 juin 2009, le gouvernement nous mettrait  dans l’incapacité de clore et de valider l’année universitaire.

nppv: 0
abstentions: 2
pour: 16
contre: 0

———————-

Nous, enseignants et/ou chercheurs du département info-com de l’IUT  Nancy-Charlemagne, réunis en Conseil de Département le 21 avril 2009,  décidons de démissionner de nos charges administratives et  responsabilités collectives (non-électives) ou de ne pas en prendre à  compter du 15 juin 2009, si à cette date le décret sur le statut des  enseignants-chercheurs et la réforme de la formation et du recrutement  des enseignants n’étaient pas retirés ou annulés.

nppv : 0
abstentions : 0
pour : 17
contre: 0

La Roche sur Yon : 3 départements sur 4 remettent leurs notes … au recteur !

La Roche-sur-Yon, le 2 avril 2009

« Monsieur le Recteur d’Académie,

Par la présente, nous avons l’honneur de transmettre à votre haute bienveillance tous les éléments concernant les étudiants des départements Réseaux et Télécommunications, Information et Communication, Gestion des Entreprises et des Administrations, de l’IUT de La Roche-sur-Yon, université de Nantes, nécessaires à la tenue du jury de validation du semestre 1.
Nous n’avons pas siégé lors de ce jury en février afin de manifester, au nom des personnels, notre inquiétude quant à la pérennité des formations que dispensent actuellement les IUT. Ces formations, à l’issue desquelles est attribué le diplôme universitaire de technologie (DUT), sont reconnues pour leur qualité par les professionnels, qui sont aussi nos partenaires, et par Madame le ministre de l’enseignement supérieur.
Pourtant, la circulaire proposée il y a peu par le ministère afin de veiller au maintien des moyens humains et financiers nécessaires au bon fonctionnement des IUT dans le cadre de la loi LRU, ne saurait faire disparaître nos inquiétudes quant à l’avenir de nos formations. C’est la raison pour laquelle, nous, chefs de département, vous transmettons à vous, notre supérieur hiérarchique, tous les documents nécessaires au jury. Il ne s’agit en aucun cas pour nous de ne pas faire notre travail. Responsables de nos départements, nous faisons face quotidiennement aux tâches qui sont les nôtres, avec professionnalisme et en ayant toujours à cœur l’intérêt de nos étudiants.  Les cours qui n’ont pas eu lieu pour cause de mobilisation ont été reprogrammés de façon à ne pas porter préjudice au contenu du diplôme. Si le jury n’a pas eu lieu, chaque étudiant(e) dont les résultats ne semblaient pas suffisants au regard d’une validation du semestre, a été reçu individuellement et ses perspectives d’orientation, ses difficultés, les solutions qui s’offraient à lui/elle ont été discutées.

Pourtant, nous ne saurions tenir un jury dans les conditions actuelles d’incertitude qui planent sur les IUT et auxquelles aucune réponse satisfaisante n’a été donnée.
Nous ne pouvons, par conséquent, travailler normalement dans de telles circonstances et n’assurerons pas la tenue des jurys en l’état actuel des négociations.

Nous souhaitons rapidement une réponse du ministère qui nous permettrait d’envisager un avenir serein.

Nous vous prions de bien vouloir recevoir, Monsieur le Recteur, l’assurance de nos sentiments dévoués. »

Le Conseil de l’IUT de Sceaux considère que la circulaire du 20 mars ne lève pas ses inquiétudes sur l’avenir des IUT et leur pérennité

Conseil de l’IUT de Sceaux , 2 avril 2009

Le Conseil de l’Institut Universitaire de Technologie de Sceaux, réuni le 2 avril 2009, constate que les réformes en cours continuent de mettre en danger l’Université, et notamment les IUT. Il tient à réaffirmer son attachement à la qualité de ses formations et au caractère national du DUT.
Le Conseil considère que la circulaire du 20 mars ne lève pas ses inquiétudes sur l’avenir des IUT et leur pérennité. Elle ne constitue pas, dans le contexte actuel, une étape suffisante pour garantir les moyens nécessaires aux IUT.
En effet, la logique de SYMPA, système basé sur une répartition des moyens, et non sur les besoins, fait courir le risque aux IUT de subir les contraintes budgétaires imposées aux universités et à terme de perdre les moyens qu’impose le cadre actuel du DUT en contenu et nombre d’heures.
Dans ce cadre, la future négociation des Contrats d’Objectifs et de Moyens entre les directeurs d’IUT paraît être un exercice hasardeux. En outre, ces C.O.M. à déclinaisons locales n’apporteraient pas les garanties nécessaires au maintien du caractère national du DUT. Le Conseil refuse de s’inscrire dans la logique de sursis du ministère (maintien des moyens à périmètre constant pour 2009 puis 2010)
Dans le contexte des négociations en cours, le conseil désapprouve donc la stratégie attentiste de l’ADIUT, se contentant d’un simple calendrier de vigilance en la matière. Cette stratégie lui paraît dangereuse, surtout après l’échec de l’intégration des IUT dans le LMD, incombant largement à l’ADIUT et l’UNPIUT. Par ailleurs, il s’insurge contre le communiqué provocateur de l’UNPIUT se permettant de chapitrer les personnels sur les modalités de leur action. Le conseil dénonce le rôle disproportionné de l’UNPIUT dans les négociations actuelles.

Pour ces raisons, le Conseil de l’IUT soutient la motion de la CNP-IUT du Mans du 27 mars et demande :

  • un décret garantissant les missions des IUT qu’ils accomplissent depuis plus de 40 ans dans un cadre de diplômes nationaux.
  • le maintien des moyens financiers et du personnel de manière pérenne au-delà de 2010, passant par un fléchage national par le ministère des moyens financiers et des postes de personnels BIATOSS et enseignants.
  • la mise en place d’un système de dotation des établissements, pour toutes les composantes de l’Université, basé sur les besoins, et non un système de répartition interne des moyens.
  • un financement pour toutes les composantes de l’Université à la hauteur des missions et des besoins du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche.
  • un débat sur la mise en place d’une Licence Universitaire de Technologie, qui permettrait d’intégrer pleinement les IUT dans le LMD

Par conséquent, le Conseil insiste pour que la décision de rétention des notes et de non-tenue des jurys –votée dans les quatre départements pour manifester leur inquiétude sur l’avenir des IUT dans le cadre de la réforme actuelle des universités – soit maintenue et pleinement respectée par la Direction de l’IUT.

Enfin, le Conseil de l’IUT de Sceaux soutient les mouvements actuels engagés dans l’Université.

Motion votée à l’unanimité.

L’IUT A s’engage dans la démission des charges administratives et la rétention des notes

Motion de l’AG des personnels de l’IUT A Toulouse, 30 mars 2009.
En convergence avec les revendications exprimées par les Coordinations Nationales des Universités, les personnels de l’IUT ‘A’ réunis en AG le 30 mars 2009 constatent toujours que les réformes en cours mettent en danger l’Université et notamment les IUT.
Parce que les réformes en cours touchent aux fondements de l’université et des organismes de recherche, ce mouvement de protestation est sans précédent.
Conscients de la gravité de cette situation, nous prenons acte de la situation de blocage actuelle. Des démissions administratives, mais également des mesures de rétention de notes, de refus de participer aux jurys de baccalauréat sont engagées dans plusieurs universités.
Nous, personnels de l’IUT A de Toulouse 3, estimons qu’il est temps de réaffirmer notre détermination en nous engageant :
-à démissionner de nos charges administratives,
-à pratiquer la rétention de notes
-à soutenir les démissionnaires et à ne pas les remplacer

De plus, les personnels réunis en AG s ‘expriment contre tout processus de vote électronique.
Enfin, dans le cadre de la poursuite du mouvement, l’AG appelle aux actions suivantes:
-envoi d’un courriel à Mme Pécresse ce jour http://rechercheendanger.fr.cr/
-participation à l’AG de l’UPS demain 31/03 à 12h30
-participation massive à la manifestation nationale de jeudi 02/04

Cette motion sera remontée à l’AG des personnels de l’UPS qui se tiendra demain, mardi 31 mars 2009 à 12h30 à l’amphi Fermat.

Pour l’AG des personnels de l’IUT A de Toulouse

Démissions administratives & rétentions des notes (courriers types)

Démission des charges administratives

Préambule :
En dépit d’un mouvement universitaire sans précédent, malgré des centaines de motions, d’analyses produites depuis des mois, malgré les dizaines de milliers de manifestants rassemblés chaque semaine, les ministres de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et de l’Education Nationale persistent à ignorer l’ensemble des revendications des enseignants, des étudiants, des chercheurs, des personnels administratifs et techniques.
Prenant acte de cette situation, nous continuons à manifester notre détermination et notre engagement,  par la démission de nos charges administratives.

Démission :
Je, soussigné(e) _____________,  membre des personnels de la composante IUT ___________  de l’Université de ___________, constate que nos revendications, citées ci-dessous, ne sont toujours pas satisfaites :

  • un financement à la hauteur des besoins du service public d’enseignement supérieur et de recherche
  • la mise en place d’un système de dotation des établissements basé sur les besoins, et non un système de répartition des moyens tel que SYMPA
  • des engagements clairs en matière d’emploi statutaire
  • le retrait du décret du statut des enseignants-chercheurs
  • le retrait du décret dit de « mastérisation »

De fait, je dépose ma lettre de démission de mes charges administratives.

Date :                                  Signature :

=====================

Rétention des notes

Préambule :
En dépit d’un mouvement universitaire sans précédent, malgré des centaines de motions, d’analyses produites depuis des mois, malgré les dizaines de milliers de manifestants rassemblés chaque semaine, les ministres de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et de l’Education Nationale persistent à ignorer l’ensemble des revendications des enseignants, des étudiants, des chercheurs, des personnels administratifs et techniques.
Prenant acte de cette situation, nous continuons à manifester notre détermination et notre engagement,  par la démission de nos charges administratives.

Rétention des notes :
Je, soussigné(e) _____________,  membre des personnels de la composante IUT ___________  de l’Université de ___________, constate que nos revendications, citées ci-dessous, ne sont toujours pas satisfaites :

  • un financement à la hauteur des besoins du service public d’enseignement supérieur et de recherche
  • la mise en place d’un système de dotation des établissements basé sur les besoins, et non un système de répartition des moyens tel que SYMPA
  • des engagements clairs en matière d’emploi statutaire
  • le retrait du décret du statut des enseignants-chercheurs
  • le retrait du décret dit de « mastérisation »

De fait, je pratiquerai la rétention des notes sine die.

Date :                                                    Signature :

=====================

RAPPEL : lors de sa dernière réunion au Mans, la CNP-IUT appelle aux démissions des charges administratives selon les modalités décrites ici.